Work in progress

L’agence Oyapock retenue pour l’extension du lycée Brassens à Courcouronnes

Dans le cadre du concours de maîtrise d’œuvre organisé par la Région Ile-de-France, le jury a désigné comme lauréate l’équipe pilotée par OYAPOCK Architectes pour l’extension du lycée Georges Brassens à Courcouronnes.

Publié le

 

 

Le projet 

Ce projet d’extension, pour lequel la Région Ile-de-France a investi 11,7 M d’euros, a pour but d’accueillir 400 élèves supplémentaires et de porter l’effectif total à 1783 élèves à terme. Le nouveau bâtiment hébergera la nouvelle demi-pension permettant d’accueillir 1200 élèves et environ 1 000 m² de locaux d’enseignement supplémentaires. Ce projet s’accompagne d’une restructuration qui permettra de doter l’établissement de nouveaux espaces de vie scolaire et d’une salle de sport. 

 

Le parti architectural

Le projet imaginé par l’équipe de maîtrise d’œuvre retenue propose un nouvel édifice se composant de 2 volumes superposés implantés en fond de parcelle dont les toitures végétalisées offrent une continuité paysagère avec le talus existant. 

Un volume en L, encastré dans la butte et contigu au bâtiment D, abrite la demi-pension constituant un rez-de-chaussée simple. Il dispose de trois patios arborés, à ciel ouvert, lui apportant une lumière naturelle. 

Un volume allongé de 2 niveaux, accueillant les locaux d’enseignement, est superposé à la demi-pension, en porte-à-faux au-dessus de la cour. Une cour haute prend place sur une partie de la toiture du rez-de-chaussée. Le bâtiment d’enseignement dispose de trois atriums double hauteur vitrés donnant sur la cour haute, autour desquels s’organisent les salles de classe. Une liaison couverte relie le préau actuel au nouvel édifice. 

Le volume en porte-à-faux, en ossature bois, est traité en bardage aluminium. Largement vitrées, les 4 façades disposent de brise-soleils verticaux métalliques, de profondeurs variables. Le rez-de-chaussée forme un socle minéral s’intégrant de manière harmonieuse à son environnement. Habillé de gabions, il fait écho au traitement du bâtiment D existant. 

Le jury a particulièrement apprécié ce projet pour son procédé constructif en ossature bois qui constitue un atout pour réduire les nuisances du chantier et favoriser le recours aux matériaux biosourcés.